Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine - TnBA

Anciennement Théâtre du Port de la Lune , Théâtre, danse, musique, marionnettes, cirque, théâtre des enfants...

05 56 33 36 80
oui
oui
  • © Frédéric Desmesure
  • © Frédéric Desmesure
  • © Frédéric Desmesure
  • © Adams Theater, Detroit, 2007 © Yves Marchand - Romain Meffre
    © Adams Theater, Detroit, 2007 © Yves Marchand - Romain Meffre
Théâtre
9 > 19 mars
J'ai dans mon cœur un General Motors
Une création de Vous êtes ici - Mise en scène Julien Villa

Du mer 9 au sam 19 mars
Mar, mer, jeu, ven à 20h / Sam à 19h

TnBA – Salle Vauthier
Durée 1h55

Ce spectacle a bénéficié de l’aide à la création de l’OARA

En 2006, Samuel Vittoz, Jeanne Candel et Julien Villa créent la Compagnie Vous êtes ici et imaginent dans un petit village du Lot-et-Garonne des spectacles destinés aux habitants, ce sera « Un festival à Villeréal ». Depuis, en juillet de chaque année, maisons, jardins, églises, cafés… sont investis joyeusement par les artistes. Aujourd’hui, le metteur en scène Julien Villa réunit quelques acteurs pour un projet ambitieux, J’ai dans mon cœur un General Motors qui sera créé au TnBA du 9 au 19 mars prochain, puis présenté ensuite au Théâtre de la Bastille à Paris, à la Comédie de Valence et à la Comédie de Caen.
Ce spectacle s'inspire d'une période fragile dans l’histoire des Etats-Unis, celle du mouvement de défense des  droits civiques des noirs américains dans les années 1955/1970. Nourri des écrits de Malcom X, Martin Luther King, Marcus Garvey, Frantz Fanon, Bobby Seale, Angela Davis… J’ai dans mon cœur un General Motors se penchera sur la dualité entre deux courants : celle non violente et réformiste de Martin Luther King et celle du radical révolutionnaire Malcom X. Là où King organise des sit-in dans les restaurants réservés aux blancs, Malcom réplique qu’il ne s’agit pas d’obtenir le droit de boire un café à la table d’un raciste : un café noir dans lequel on rajoute trop de lait  perdra bientôt son goût et sa couleur.
Au même moment, à Detroit, cœur battant de la révolution industrielle, on embauche chez Ford et General Motors et Berry Gordon, « Gordy », jeune ouvrier, deviendra le premier noir entrepreneur. En créant le label Motown, il produira de la musique noire, à la chaine, comme on fabrique des voitures. Dans les années 60, Dieu était une jeune fille noire qui chantait, à l’exemple de l’icône Diana Ross, une Marilyn en noir et blanc. En 1970, avec un chiffre d’affaires de 48 millions de dollars, Motown est l’exemple même de la contre-révolution engagée contre la faction socialiste des Black Panthers. Et derrière le capitalisme triomphant, la musique perdure pour « cacher le râle des prolétaires ».
Une création qui promet d’être musicale puisque les acteurs de J’ai dans mon cœur un General Motors sont également chanteurs et musiciens, explosive et décapante à l’image de cette période et de la ville de Détroit, « Motortown », dont Céline disait qu’elle était « dopée par la guerre et l’industrie ».

Avec
Vincent Arot
Laurent Barbot
Nicolas Giret-Famin
Clémence Jeanguillaume
Amandine Pudlo
Noémie Zurletti

Mise en scène
Julien Villa
Une création de
Vous êtes ici
Dramaturgie
Vincent Arot
Scénographie
Sarah Jacquemot Fiumani
Création lumières
Gaëtan Veber

Production déléguée TnBA - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine
Coproduction Vous êtes ici, OARA - Office Artistique de la Région Aquitaine, Comédie de Valence, Comédie de Caen
Avec l’aide à la création de la DRAC Aquitaine et le soutien des Scènes croisées de Lozère et du Conseil Départemental du Lot-et-Garonne

Partager sur Facebook Cliquez-ici pour partager cette page

Partager sur twitter Cliquez-ici pour partager cette page