Aller au contenu principal

Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine – TnBA

Centre dramatique national, théâtre, danse, théâtre en famille

Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine
Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

Catherine Marnas

On me dit que c’est l’histoire qui commande l’homme,
mais le temps de la vie d’un homme est infiniment trop court,
et l’histoire, grosse vache assoupie, quand elle finit de ruminer,
elle tape du pied avec impatience.

Bernard-Marie Koltès, Le retour au désert

 

 

Édito - Saison 2019/2020

Il est des périodes où l’on a l’impression que le temps s’étire, où l’Histoire nous semble offrir une relative stabilité ; où la vache rumine pour l’éternité. Et soudain, la vache s’ébroue, tape du pied et secoue l’immobilité qui nous paraissait immuable nous dévoilant un paysage de chaos. Nous sommes en train de traverser un de ces moments où le sabot de la vache, frappant le sol, ébranle nos certitudes, nos repères, appelant un réajustement encore non perceptible et déstabilisant. De quoi demain sera-t-il fait ? Certes, chaque époque crée ses propres angoisses, qui répondent aux nôtres humainement existentielles. Mais aujourd’hui, entre autres ébranlements, la finitude annoncée de la planète nous laisse désemparés. Comment alors maîtriser notre futur ? Comment l’imaginer ? La fiction, la fable nous permettent de tenir à distance nos questionnements et plongent souvent dans le passé pour nous permettre d’envisager l’avenir.
Cette saison l’interrogation : « d’où venons-nous ? » pour comprendre « où aller ? » serpente comme un fil conducteur qui se dégage de nos choix. Beaucoup de spectacles se penchent sur nos origines, par le biais de la famille,
notre passé individuel ou par le biais de l’Histoire, notre passé collectif. C’est bien dans cette lignée que s’inscrit mon choix de monter A Bright Room Called Day de Tony Kushner. Une politique fiction qui nous amène à nous demander : « qu’aurais-je fait en ce temps-là ?» une façon de distancier la question : « que faire aujourd’hui ? » avec une vitalité réconfortante. Outre la diabolique habileté de cette pièce, jamais manichéenne (les héros se révèlent plutôt lâches et les « prêts à coopérer » ont des sursauts inattendus), le Diable fait triste mine et quand on tient Hitler à bout portant de son révolver… le geste est suspendu comme dans Hamlet. Cette saison, nous serons encore plus nombreux à habiter cette maison. Vous spectateurs, êtes de plus en plus nombreux et nous vous remercions de votre confiance ; des compagnons et compagnonnes traverseront avec nous et avec vous le voyage de cette année que nous vous souhaitons la plus belle possible. Nous vous invitons à vous glisser dans les interstices de nos spectacles. Car comme écrivait Heiner Müller : « La fonction politique principale de l’Art
est de mobiliser l’imaginaire ».

Catherine Marnas -  Mai 2019

Catherine Marnas, metteuse en scène  - directrice du TnBA

De 1983 à 1994, Catherine Marnas est assistante à la mise en scène auprès d’Antoine Vitez et Georges Lavaudant. En 1986, elle fonde avec Claude Poinas la Compagnie Parnas où elle s’attache à faire entendre l’écriture d’auteurs contemporains comme Roland Dubillard, Copi, Max Frisch, Olivier Py, Pier Paolo Pasolini, Jacques Rebotier, Serge Valletti... Quelques classiques jalonnent néanmoins son parcours tels Brecht, Molière, Shakespeare, Tchekhov. Elle met en scène en France et à l’étranger plusieurs textes de son auteur fétiche Bernard-Marie Koltès, ouvrant de nouvelles perspectives dans son œuvre. Sa volonté de confronter son théâtre à l’altérité, son goût des croisements, l’a régulièrement emmenée dans de nombreuses aventures en Amérique latine et en Asie. Catherine Marnas a toujours conjugué création, transmission et formation de l’acteur notamment au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris et à l’École Régionale d’Acteur de Cannes. C’est avec les élèves-comédiens de l’École supérieure de théâtre Bordeaux Aquitaine (éstba) que se poursuit cette quête d’une formation d’excellence.
Elle est directrice du TnBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine et de l’éstba depuis janvier 2014. C’est avec ardeur qu’elle y revendique un théâtre « populaire et généreux » où la représentation théâtrale se conçoit comme un acte de la pensée et source de plaisir... Ses précédentes mises en scène au TnBA : Lignes de faille de Nancy Huston (2014), le Banquet Fabulateur, création collective (2015), Les Comédies barbares de Ramón del Valle-Inclán (2016) ; 7 d’un coup de Catherine Marnas inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm (2017) et Marys’ à minuit de Serge Valletti (2018). Du 9 au 25 octobre 2018, elle crée La nostalgie du futur au TnBA.
Le 7 janvier 2020 elle créera A Bright Room Called Day ... Une chambre claire nommée jour de Tony Kushner.

© Frédéric Desmesure

2010 L’Affaire de la rue de Lourcine
d’Eugène Labiche au Festival Lakhaon – Phnom Penh/Cambodge

2011 Lignes de faille
de Nancy Huston

2012 Salinger
de Bernard-Marie Koltès

2013 El Cachafaz
de Copi

2013 N’enterrez pas trop vite Big Brother
de Driss Ksikes

2014-2015 Lignes de faille (reprise)
de Nancy Huston

2015 Le Banquet fabulateur

2015 Lorenzaccio
d’Alfred de Musset, création au TnBA le 7 octobre 2015

2016 Comédies barbares
de Ramón del Valle-Inclán
Spectacle de sortie de la 3ème promotion de l'éstba

2017 7 d'un coup
de Catherine Marnas
inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm

2018 Marys' à minuit
de Serge Valletti

2018 La nostalgie du futur
de Pier Paolo Pasolini & Guillaume Le Blanc

2020 A Bright Room Called Day ... Une chambre claire nommée jour (création en janvier 2020)
de Tony Kushner