Aller au contenu principal

Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine – TnBA

Centre dramatique national, théâtre, danse, théâtre en famille


Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

Les artistes compagnons et compagnonnes

Les artistes compagnons
et compagnonnes du TnBA

Vous le savez, il est important pour nous que le TnBA soit avant tout un lieu de création, une ruche, occupé en permanence pour inventer, essayer, créer ici à Bordeaux, avec vous et pour vous.
C’est le sens initial de la décentralisation, cette vitalité créative qui se partage avec vous, en complicité, en interrogations. Aucun créateur ne peut se satisfaire d’une relation au public en présentant une œuvre « de passage », l’échange avec vous est essentiel pour avancer, nourrir les esthétiques du présent et du futur.
Nous avons la chance d’avoir un bel outil : trois salles et une école supérieure, école qui est au cœur des recherches sur le théâtre de demain, un laboratoire passionnant avec des jeunes pleins d’appétits et de désirs.
Nous profitons de cette spécificité pour élargir le laboratoire en impliquant des artistes auxquels nous croyons, avec qui nous partageons une passion, une foi, un enthousiasme sur cette forme de relation que permet un abri, une maison, un théâtre. Ils échangent entre eux, ils se stimulent, vous pouvez les côtoyer, une vraie résistance au chacun pour soi, à la compétition mortifère et individualiste. Ensemble, ils remettent en question notre façon de fonctionner, ils rêvent, ils s’emballent.
C’est pour cela que j’ai souhaité qu’ils soient très différents : chacun est une planète. Des planètes qui dialoguent pour faire univers : rien n’est plus stérile dans l’Art que l’entre-soi.

Nous accueillons deux nouveaux artistes :

Aurélie Van Den Daele (compagnie Le DEUG DOEN GROUP). Une toute jeune metteuse en scène qui m’a éblouie avec sa mise en scène de Angels in America, une metteuse en scène qui aime l’épique des grands plateaux, qui manie avec brio la technique au service de la fiction et de nos émotions.

Vanasay Khamphommala (compagnie Lapsus Chevelü). Dramaturge-auteur- performeur/meuse, chanteur/se. Un homme/femme orchestre passionnant et passionné. Il allie comme personne l’intelligence de l’universitaire et la fantaisie du créateur. La sagesse et la folie. Sa dernière performance j’irai chanter toute nue chez vous contre un repas est je crois une bonne présentation du personnage.

Et continuons notre collaboration avec :

Le collectif OS’O. Je n’ai bien entendu pas besoin de vous les présenter. Issus de l’éstba, le TnBA est leur maison depuis toujours, ils y circulent, y répètent. Les reconnaître officiellement comme compagnons est une manière d’approfondir avec eux les liens qui nous unissent et officialiser les échanges que vous avez déjà avec eux.

Julie Teuf. Elle aussi sortie de l’éstba bénéficie auprès de vous d’un statut qui me touche particulièrement, elle est votre mascotte. Je l’ai baptisée le petit fantôme car elle hante ce théâtre en permanence, elle est dans les bureaux quand le théâtre est fermé, elle vous guide pour les abonnements ; c’est une grande artiste capable de passer de Lady Macbeth aux registres comiques. Elle se révèle de plus en plus comme une metteuse en scène précieuse car elle renoue avec des racines du théâtre, un théâtre indiscutablement populaire et d’une grande poésie.

Bénédicte Simon. Vous la connaissez surtout comme comédienne. Fantôme dans A Bright Room called day, corbeau dans La nostalgie du futur, Bénédicte est aussi notre amoureuse de la littérature dramatique. C’est elle qui avec Julien Duval dévore les textes de théâtre non connus, en nourrit les élèves de l’éstba ou joue un rôle essentiel de passeuse auprès des scolaires.

Julien Duval (Compagnie Le Syndicat d'Initiative).Vous le connaissez comme comédien (Alexandre dans Lorenzaccio ; défenseur des lucioles dans La Nostalgie du futur). Sensible, fort de ses choix poétiques, vous avez pu voir la saison dernière la mise en scène de son très beau Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu. C’est aussi un formidable passeur auprès de l’école ou des ateliers amateurs.

Baptiste Amann (compagnie L'ANNEXE). Nous avons soutenu comme coproducteurs les derniers spectacles de Baptiste Amman et nous avons la chance qu’il se soit installé à Bordeaux. Auteur, chef de troupe comme cela s’est imposé dans le théâtre depuis Shakespeare, il s’est toujours revendiqué comme auteur au service de ses acteurs. Il est, dans ces deux rôles, surtout un être en interrogation permanente sur l’art théâtral.

Le Denisyak que nous avons accompagné vole maintenant de ses propres ailes. Nous soutiendrons les représentations de Sstockholm la saison prochaine à Paris à la Tempête.

 

Leur biographie ici : 

Baptiste Amann
Auteur, metteur en scène et comédien, Baptiste Amann est né en 1986. Il suit une formation à l’ERAC de 2004 à 2007. À sa sortie, il travaille en tant qu’acteur avec des metteurs en scène d’horizons très différents : Jean Pierre Vincent, Anne Alvaro, David Lescot, Daniel Danis, William Nadylam, Hubert Colas, Antoine Bourseiller, Bruno Fressinet, Olivier Bruhnes, Jean-François Peyret, Judith Depaule, Linda Blanchet. Il est un membre actif de l’Institut de recherches menant à rien (IRMAR) et cofondateur de L’outil, plateforme de production, avec Solal Bouloudnine, Victor Lenoble et Olivier Veillon. Il écrit régulièrement pour le metteur en scène Rémy Barché : Les Fondamentaux (2015), DETER’ (2015) et La Truite (2016). En 2016, il crée le premier volet de sa trilogie Des territoires, intitulé Des territoires (Nous sifflerons la Marseillaise). En 2017 il crée Des Territoires (… D’une prison l’autre…) deuxième volet de sa trilogie, au théâtre du Merlan à Marseille dans le cadre du Festival Actoral.
En 2018 il écrit Rapport sur toi pour le spectacle de sortie des élèves de la Comédie de Reims mis en scène par Rémy Barché en Juin 2019. A l’été 2018, avec Morgan Helou (administrateur), il créé l’ANNEXE qui est une structure administrative jumelle de l’Outil et qui produira désormais ses spectacles. Il intervient également dans les écoles supérieures d’art dramatique (ERACM, éstba) en qualité d’auteur-metteur en scène.
En 2019 il créera le dernier volet de sa trilogie : Des Territoires (… Et tout sera pardonné ?) à la Comédie de Béthune.
Associé à la Comédie de Reims entre 2015 à 2018, il est désormais associé à la Comédie de Béthune, au Théâtre Merlan à Marseille, et plus récemment « compagnon » du TnBA.
Il est édité chez Théâtre-Ouvert/Tapuscrits.

Julien Duval
Julien Duval a reçu une formation de comédien à l’ERAC et a joué devant les caméras de Cristina Pinheiro, Gilles Bannier ou Fabrice Gobert. Mais c’est au théâtre qu’il joue le plus, notamment avec Alexandra Tobelaim (Villa Olga), et surtout avec Catherine Marnas (Sainte Jeanne des abattoirs,Lignes de faille, Lorenzaccio…).

Julien signe sa première mise en scène à l’ERAC avec Cité des oiseaux de Bernard Chartreux, suite à quoi il assistera cet auteur sur Tombeau de Richad G. Ensuite Julien met en scène Les Eaux et forêts de Marguerite Duras, et Or c’était le printemps (un montage de textes autour de la sexualité féminine). Il assiste Catherine Marnas pour les mises en scène de La Nuit juste avant les forêts et Sallinger de Koltès, ou encore Simone Boccanegra de Verdi à l’Opéra National de Bordeaux. Il a également monté Alpenstock de Rémi De Vos, ou pour le TnBA La Barbe bleue de Jean-Michel Rabeux (joué 170 fois). 

Avec Carlos Martins, ils ont monté leur compagnie à Bordeaux, Le Syndicat d’initiative. Leur dernière création Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu est actuellement en tournée.

Vanasay Khamphommala 
Vanasay Khamphommala vient au théâtre par la musique et l'opéra. Il suit une formation de comédien dans la Classe Libre du Cours Florent. Parallèlement, il met en scène Shakespeare (Le Songe d’une nuit d’été), Corneille (Médée), et Barker (Judith, Treize Objets). Comédien, il travaille sous la direction de Jean-Michel Rabeux (R&J Tragedy) et Jacques Vincey (Les Bonnes). Il collabore régulièrement avec ce dernier comme dramaturge : La Nuit des rois de Shakespeare, Jours souterrains d’Arne Lygre, Amphitryon de Molière, La vie est un rêve de Calderón.
De 2014 à 2018, il est dramaturge permanent du Centre dramatique de Tours, dirigé par Jacques Vincey. Ils y créent ensemble Yvonne, princesse de Bourgogne de Gombrowicz, Und de Barker, La Dispute de Marivaux et Le Marchand de Venise de Shakespeare.
Pour la scène et le livre, il traduit Shakespeare (Le Songe d’une nuit d’été, Comme il vous plaira, Le Marchand de Venise), Barker (La Mort, l’unique et l’art du théâtre, avec Élisabeth Angel-Perez, Les Solitaires intempestifs, Lentement, Und, éditions Théâtrales) Anne Carson (Autobiographie du rouge, L’Arche). Il écrit pour le théâtre : Faust (en collaboration avec Aurélie Ledoux), Orphée aphone, Rigodon !, Vénus et Adonis. Ses textes sont publiés par les éditions Théâtrales.
Ancien élève de l’École normale supérieure, formé à Harvard et à l’université d’Oxford, il a soutenu à la Sorbonne une thèse de doctorat sous la direction d’Élisabeth Angel-Perez. Intitulée Spectres de Shakespeare dans l’œuvre de Howard Barker, elle est publiée aux Presses de l’Université Paris-Sorbonne.
En 2018, il présente avec Caritia Abell L’Invocation à la muse au Festival d’Avignon, dans le cadre des Sujets à vif.
De 2018 à 2020, Vanasay Khamphommala est artiste associé au Centre dramatique national de Tours. Il y crée Orphée aphone en 2019, et Monuments hystériques en 2020, en collaboration avec les comédien·ne·s de l’ensemble artistique du CDN.
Il est également chanteuse.

Bénédicte Simon

Bénédicte Simon suit une formation de comédienne, à Bordeaux, au Cours Florent et au Conservatoire d’Art Dramatique en section professionnelle, et à Paris, au cours d’Annie Noël. Pendant huit ans, elle travaille avec la Compagnie du Marché aux Grains dirigée par Pierre Diependaële et joue notamment dans Le Double Café d’après Goldoni et Fassbinder, Maîtres et valets d’après des textes du XVIIIe siècle, We’ll Shake d’après Troïlus et Cressida de Shakespeare…

Elle collabore avec l’association des Théâtrales des Jeunes qui développe des projets pédagogiques principalement en milieu rural, en direction d’élèves d’écoles primaires, de collèges et de lycées.
Elle travaille avec Catherine Marnas depuis 2005, en tant que comédienne, elle a joué notamment dans Lignes de failleLe banquet fabulateur, Lorenzaccio, 7 d'un coup, La nostalgie du futur, A Bright Room Called Day... Une chambre claire nommée jour. Elle est son assistante à la mise en scène pour Si un chien rencontre un chat d’après des textes de Koltès, N’enterrez pas trop vite Big Brother de Driss Ksikes, Comédie Barbares de Valle-Inclán.

Julie Teuf
C’est à la faculté des Arts du Spectacle d’Amiens que Julie découvre le théâtre, sous la direction de Fred Egginton et Jérôme Hankins ; elle rejoint alors la classe d’Art Dramatique du CRR d’Amiens. En 2010, elle intègre la seconde promotion de l’éstba, dirigée par Dominique Pitoiset et Gérard Laurent, et achève ses trois années d’études par un Machine Feydeau éclatant, mis en scène par Yann-Joël Collin et Eric Louis.
Fraîchement diplômée, Julie présente Claustria, création adaptée du roman de Régis Jauffret, qu’elle joue dans le cadre du Festival Novart. En 2014, elle joue dans Dans la République du Bonheur, mis en scène par Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier. Elle travaille ensuite sous la direction de Catherine Marnas pour Le Banquet Fabulateur et Les Comédies Barbares, puis rejoint La Bibliothèque des Livres Vivants de Frédéric Maragnani. Elle joue dans L’Héritier de Village puis Le Cid, créés par Sandrine Anglade ; rencontre le Collectif Crypsum ainsi que le Groupe Apache pour deux Banquets Littéraires présentés à la Manufacture Atlantique ; et rejoint Les Petites Madames en 2017 pour jouer dans George Kaplan. Julie travaille toujours avec Fred Egginton et son Cabaret Grabuge notamment sur Les Bacchantes et Dunsinane. En 2019, elle jouera avec le collectif Denisyak dans Scelŭs [Rendre beau], puis sous la direction de Renaud Diligent dans Dimanche Napalm.
En plus de son travail de comédienne, Julie écrit et anime de nombreux ateliers. En 2018, elle devient professeure au Cours Florent Bordeaux. Elle travaille actuellement à la création de sa compagnie Nous étions 8 dans l’ascenseur ; et en 2020, elle s’essaiera pour la première fois à la mise en scène en dirigeant les élèves sortant de la quatrième promotion de l’éstba dans une adaptation de Peter Pan, produite par le TnBA.

Collectif OS’O
Installés à Bordeaux, Roxane Brumachon, Bess Davies, Mathieu Ehrhard, Baptiste Girard, Tom Linton ont créé le Collectif OS’O (On S’Organise) en 2011. Au sortir de l’éstba (école supérieure de théâtre de Bordeaux, Aquitaine), ces cinq comédiens ont eu envie de construire une aventure théâtrale collective. En janvier 2011 ils créent L’Assommoir, d’après Zola, au TnBA (Théâtre national de Bordeaux Aquitaine) avec le metteur en scène berlinois David Czesienski, rencontré lors d’un échange avec l’école de mise en scène Ersnt Busch de Berlin durant leur formation. En mars 2012 ils créent Débris au TnBA, première pièce de l’auteur anglais Dennis Kelly mise en scène par Baptiste Girard. La même année Roxane Brumachon, Bess Davies et Mathieu Ehrhard créent Il Faut Tuer Sammy d’Ahmed Madani, spectacle jeune public tout terrain qui a joué une centaine de fois dans les écoles, médiathèques et petites salles de théâtre de la région Aquitaine. Tom Linton écrit et joue Retenu, monologue d’un retenu du centre de rétention de Vincennes, s’adressant au juge des libertés.

En 2014, ils réinvitent David Czesienski à collaborer avec eux pour le spectacle Timon/Titus, créé au Champ de Foire de Saint-André-de-Cubzac. Spectacle lauréat du prix du jury et du prix du public du festival Impatience 2015, organisé par le Centquatre, le théâtre de la Colline, le théâtre du Rond-Point et Télérama. Ce spectacle pose la question : « Doit-on payer ses dettes ? » autour des deux pièces Timon d’Athènes et Titus Andronicus de Shakespeare ainsi que l’essai de l’anthropologue David Graeber, Dette, 5000 ans d’histoire (ed. Les liens qui libèrent). Toujours au Champ de Foire, ils ont créé un second spectacle jeune public tout terrain, en retrouvant l’auteur anglais Dennis Kelly et sa pièce Mon prof est un troll. Cette pièce monstrueuse à « deux personnages et un troll » peut être interprétée par 8 comédien.ne.s différent.es. Une façon de sans cesse renouveler l’expérience du risque de la représentation. En janvier 2018, ils créent Pavillon Noir avec le collectif d’auteurs et d’autrices Traverse au Gallia Théâtre de Saintes (17). Ce spectacle sur la piraterie informatique se donne le défi d’incarner sur scène et sans moyen technologique des scènes du monde virtuel. Le net est-il est un espace de liberté ou de surveillance de masse ? Inspiré du réel, le spectacle retrace les faits de plusieurs hackeurs et/ou activistes confrontés à cette question. En novembre 2019, ils créent Le Dernier Banquet au Quartz à Brest (29). Les spectateurs sont conviés à un repas et plongés au beau milieu d'un polar déjanté. L'entrée, le plat et le dessert permettent d'élucider l'affaire et découvrir le ou la meurtrier.ère.

Le Collectif OS’O a mené un compagnonnage pendant 3 ans avec le Champ de Foire de Saint- André-de-Cubzac (33) jusqu’en juin 2017. Depuis 2017 et jusqu’à l'automne 2020, il est associé au Gallia théâtre de Saintes (17) et au Quartz, scène nationale de Brest (29). Il a entamé un compagnonnage avec le TnBA de Bordeaux depuis la saison 2019/2020. Il sera également associé au Centquatre-Paris à partir de janvier 2021.

Le Collectif OS'O est conventionné avec la DRAC Nouvelle-Aquitaine depuis janvier 2018.

Dans son désir d'implantation à Bordeaux, le Collectif OS’O mène des ateliers d'initiation au théâtre en Licence Arts et Spectacles Université de Bordeaux Montaigne, au Conservatoire Régional Jacques Thibaud, auprès de la Classe Egalité des Chances avec l'estba et anime des master class auprès de différents publics. Il mène aussi de nombreuses actions culturelles, notamment avec les scènes avec lesquelles il est associé et crée différentes formes comme des visites de domaine viticole, une réalisation d’une Web Fiction avec des amateurs de la ville, la visite décalée d’Océanopolis à Brest, conférences, spectacles en appartements, dînerspectacles…

En septembre 2020, ils créeront X d’Alistair McDowall au Quartz - Scène nationale de Brest.

Aurélie Van Den Daele
Après une formation de comédienne au Conservatoire de Clermont-Ferrand et de nombreux stages (La Rumeur - Choisy le Roi, La Ferme de Trielle, le magasin à Malakoff), Aurélie Van Den Daele décide de suivre son désir d’exclusivement mettre en scène.
En 2011, elle intègre la formation à la mise en scène au CNSAD, qui lui permet d’approfondir et de théoriser une pratique acquise lors d’assistanats de spectacles, avec Antoine Caubet (Un Marie Salope de Jean-Paul Quéinnec, Oedipe Roi de Sophocle), Quentin Defalt (Contes d’après les Contes d’Andersen et Lancelot de Gaëtan Peau), et François Rancillac (stage sur Le Roi s’amuse).
En 2014, François Rancillac, directeur du Théâtre de l’Aquarium lui propose d’être artiste associée.
En 2015, Yoann Lavabre, directeur de la Ferme de Bel Ébat lui propose d’être artiste associée jusqu’en 2018.
Dans ces deux lieux elle a créé Dans les veines ralenties d’Elsa Granat, Peggy Pickit voit la face de Dieu de Roland Schimmelpfennig, Angels in America de Tony Kushner et Métamorphoses d’après Ovide et Ted Hughes, qui ont également tourné en France. Elle a créé L’absence de guerre en Janvier 2019 au Théâtre de l’Aquarium, puis en tournée à la Faïencerie de Creil, à Fontenay en Scènes, au Théâtre des Îlets - CDN de Montluçon, au Théâtre de la Croix Rousse à Lyon. A partir de la saison 2018-2019, elle est artiste associée au CDN de Montluçon et à la Faïencerie de Creil. Elle y développera un travail sur les flous, les troubles et le genre, avec la création de la pièce Soldat Inconnu(e) de Sidney Ali Mehelleb, lauréat d’ARTCENA, et la reprise de WHITMAN AND CO.
Elle crée également en janvier 2020 Glovie de Julie Ménard, dans le cadre d’un appel à projets de six théâtres et du département du 93.
Férue de cinéma, elle entreprend d’intégrer des outils technologiques dans ses créations et de développer la dichotomie sens/image, verbe/sensation avec des outils technologiques simples mais qui sont autant de clins d’oeil à l’inconscient collectif et au cinéma. Passionnée par la transmission, ces associations fortes à des lieux permettent de développer d’importantes actions artistiques sur le territoire des Yvelines mais aussi à Paris : classes option théâtre, ateliers avec des scolaires, ateliers avec des amateurs, des conservatoires d’arrondissements… avec l’exigence d’une transmission des formes contemporaines et d’un regard de spectateur actif.
Elle travaille également avec des écoles supérieures, telles que l’EDT ou le CFA d’Asnières, avec lequel elle crée un spectacle de sortie en septembre 2018, L’abattage rituel de Gorge Mastraumas de Dennis Kelly.

© Pierre Planchenault