Catherine Marnas

©Catherine Marnas

Le réel transfiguré

Je ne sais pas de quoi sera fait ce réel quand vous lirez ces lignes tant le présent s’acharne à nous prendre par surprise.
L’impossible devient possible du jour au lendemain et les sécurités se fissurent. Notre réel a de plus en plus besoin d’une ligne d’horizon, d’une distance salutaire. Je crois que la saison que nous avons imaginée pour vous est largement guidée par ce désir de métamorphoser nos quotidiens, de les imaginer autres. Il ne s’agit pas d’une volonté d’oubli
factice, d’une consolation facile mais d’un changement de perspective : un regard depuis un autre point de vue. Par la poésie, l’humour, la musique, nous décoller de ce que nous appelons réalité.

Je me rends souvent compte, une fois que la programmation est arrêtée dans ses grandes lignes, des tendances qui rythment les saisons. Celle-ci sera indiscutablement marquée par la présence de la musique. Les temps nous incitent sans doute à ce rapport à l’émotion qu’elle nous procure.

Cette saison se veut donc légère, sans désinvolture. Aérienne, sans déni. Paradoxe que nous souhaitons partager
avec vous. Mais je crois que la spécificité la plus remarquable de cette saison est le nombre de créations « maison », conçues à Bordeaux, pour et avec vous, avec votre complicité pour accompagner les créateurs que nous soutenons. Vous êtes nos premiers soutiens et c’est grâce à vous que ces spectacles nés à Bordeaux rayonneront ensuite.

Vous savez aussi combien l’école de formation de comédien·nes que nous avons au sein du théâtre est importante pour nous et vous êtes nombreux à suivre ces élèves dans leurs présentations. Nous avons choisi de reprendre la carte blanche d’une de nos élèves sortante, Claire‑Aurore Bartolo, L’Origine du monde. Un regard joyeux sur le sexe féminin.
Vous connaissez mon goût pour l’ailleurs qui, cette saison, se tournera vers le Portugal. En collaboration avec le Théâtre National de Porto et son directeur artistique, Nuno Cardoso, nous avons commandé à Gurshad Shaheman une réécriture contemporaine de l’Orestie. Gurshad est acteur dans A Bright Room Called Day... il était le personnage de l’auteur. Vous avez également plébiscité ses deux spectacles invités chez nous : Pourama Pourama et Les Forteresses.
Auteur, voilà désormais son rôle « pour de vrai », pour interroger notre rapport à cette mythologie fondatrice, avec  audace, irrespect respectueux qui caractérise son rapport à la démocratie aujourd’hui. Son texte sera porté par une distribution mixte : six Français·es, six Portugais·es, avec la jeunesse qui sert son propos.

Cette saison est donc marquée par un grand nombre de créations et je voudrais faire appel à vous pour demander votre confiance, la confiance qui marque notre relation. Vous le savez, le TnBA est un centre de création. Bien sûr, une création est un pari : les spectacles n’existant pas encore, nous ne pouvons partager que les rêves de leurs créateurs. Nulle critique n’en garantit encore le succès, nul bouche-à-oreille, si ce n’est par vos échos, ne peut les qualifier.
La pandémie nous a rendus plus casaniers, plus frileux, mais c’est pour vous, premiers destinataires, que ces œuvres ont été créées ici. Vous êtes nos premiers partenaires et premiers complices.

Alors, prenez le risque avec nous car sinon le théâtre pourrait s’aligner sur les diktats du monde contemporain qui ne reconnait que l’efficacité et le résultat garanti.
Merci de votre confiance et de votre soutien.

Catherine Marnas
Mai 2022

De 1983 à 1994, Catherine Marnas est assistante à la mise en scène auprès d’Antoine Vitez et Georges Lavaudant. En 1986, elle fonde avec Claude Poinas la Compagnie Parnas où elle s’attache à faire entendre l’écriture d’auteurs contemporains comme Roland Dubillard, Copi, Max Frisch, Olivier Py, Pier Paolo Pasolini, Jacques Rebotier, Serge Valletti... Quelques classiques jalonnent néanmoins son parcours tels Brecht, Molière, Shakespeare, Tchekhov. Elle met en scène en France et à l’étranger plusieurs textes de son auteur fétiche Bernard-Marie Koltès, ouvrant de nouvelles perspectives dans son œuvre. Sa volonté de confronter son théâtre à l’altérité, son goût des croisements, l’a régulièrement emmenée dans de nombreuses aventures en Amérique latine et en Asie. Catherine Marnas a toujours conjugué création, transmission et formation de l’acteur notamment au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris et à l’École Régionale d’Acteur de Cannes. C’est avec les élèves-comédiens de l’École supérieure de théâtre Bordeaux Aquitaine (éstba) que se poursuit cette quête d’une formation d’excellence.
Elle est directrice du TnBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine et de l’éstba depuis janvier 2014. C’est avec ardeur qu’elle y revendique un théâtre « populaire et généreux » où la représentation théâtrale se conçoit comme un acte de la pensée et source de plaisir... Ses précédentes mises en scène au TnBA : Lignes de faille de Nancy Huston (2014), le Banquet Fabulateur, création collective (2015), Les Comédies barbares de Ramón del Valle-Inclán (2016) ; 7 d’un coup de Catherine Marnas inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm (2017), Marys’ à minuit de Serge Valletti (2018), La nostalgie du futur de Pier Paolo Pasolini et Guillaume le Blanc. En 2020, elle a créé A Bright Room Called Day ... Une chambre claire nommée jour de Tony Kushner. En janvier 2022, elle crée Herculine Barbin :  Archéologie d'une révolution d’après Herculine Barbin dite Alexina B. publié et préfacé par Michel Foucault.

En octobre 2022 elle créera Pour que les vents se lèvent, adaptation de L’Orestie par Gurshad Shaheman, co-mis en scène avec Nuno Cardoso dans le cadre de la saison France-Portugal, projet européen labellisé par l’Institut français.

 

© Frédéric Desmesure

 

2010 L’Affaire de la rue de Lourcine
d’Eugène Labiche au Festival Lakhaon – Phnom Penh/Cambodge

2011 Lignes de faille
de Nancy Huston

2012 Salinger
de Bernard-Marie Koltès

2013 El Cachafaz
de Copi

2013 N’enterrez pas trop vite Big Brother
de Driss Ksikes

2014-2015 Lignes de faille (reprise)
de Nancy Huston

2015 Le Banquet fabulateur

2015 Lorenzaccio
d’Alfred de Musset, création au TnBA le 7 octobre 2015

2016 Comédies barbares
de Ramón del Valle-Inclán
Spectacle de sortie de la 3ème promotion de l'éstba

2017 7 d'un coup
de Catherine Marnas
inspiré du Vaillant petit tailleur des Frères Grimm

2018 Marys' à minuit
de Serge Valletti

2018 La nostalgie du futur
de Pier Paolo Pasolini & Guillaume Le Blanc

2020 A Bright Room Called Day ... Une chambre claire nommée jour
de Tony Kushner

2022 Herculine Barbin : Archéologie d'une révolution
d'après Michel Foucault

2022 Pour que les vents de lèvent
de Gurshad Shaheman
Co mise en scène Nuno Cardoso
dans le cadre de la saison France-Portugal, projet européen labellisé par l’Institut français

Évènements